C.O.N.N.A.R.D.

Entre nous, il vaut mieux assurer ses arrières, disait mon courtier.
Connard.
Il est primordial d’investir dans votre futur, ajoutait mon banquier.
Connard.
Cette voiture aux options indispensables comblera tous vos besoins, m’assurait le vendeur.
Connard.
Bien sûr, bien sûr, je leur répondais.
Connard.
Ta femme te trompe, disait Charlie.
Connasse.
Et c’était avec toi !
Connard.
Étant donné vos problèmes financiers et de violence, vous n’aurez pas la garde des enfants, tranchait la juge.
Connasse.
De toute façon, on t’aime pas quand t’as trop bu, disaient mes mômes.
Connards.
Pas de loyer, pas d’appartement ! C’est comme le chocolat, rigolait mon proprio.
Connard.
Fallait payer, monsieur, si vous vouliez rester, répétait l’huissier.
Connard.
Voici une liste des foyers ouverts dans la ville, disait la souriante assistante sociale.
Connasse.
Désolé, je n’ai pas de monnaie sur moi, disaient les passants.
Connard.

Moins dix degrés, affiche le thermomètre de la pharmacie.
Connard d’hiver.
Faut venir plus tôt pour avoir une place, monsieur, dit l’accueil du foyer.
Connard.
T’aurais pas un bonnet en trop ? demande un loubard.
Connard.
Je suis en train de crever de froid.
Je suis seul.
Connard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.